Avis manga The Promised Neverland
Accueil Mangas The Promised Neverland : notre avis sur le manga

The Promised Neverland : notre avis sur le manga

par La Rédaction

The Promised Neverland fait partie de ces mangas qui étaient censés prendre la relève alors qu’on se dirige vers la fin du monster trio (One Piece, Naruto et Bleach). Cela faisait en effet un certain moment que de nouvelles parutions du Weekly Shōnen Jump, magazine japonais où sont publiées ces œuvres, n’avaient pas réussi à susciter un engouement et un intérêt collectifs. Alors que le dernier tome de Yakusoku no Neverland — titre alternatif de l’œuvre, mélange typique de l’anglais et du japonais — a été publié en juin dernier, il est temps d’y porter un coup de regard et de savoir s’il a tenu ses promesses. Faut-il se lancer dans la lecture des 20 volumes ? Devrait-on lire le manga ou se contenter de l’anime ? Nous allons tenter de vous répondre, le tout sans spoil.

Une œuvre qui porte sur la famille et l’amour…

C’est en 2013 que Kaiu Shirai, le scénariste et donc l’auteur de cette œuvre, envoie les premières ébauches. Néanmoins, il faut attendre trois années pour qu’il trouve Posuka Demizu, le dessinateur qui parviendra à dessiner l’univers qu’il avait en tête. Ce n’était pas la première fois qu’on voyait deux personnes à la genèse d’un manga, on pense notamment au duo de Death Note. Et il faut dire qu’une fois de plus le résultat vaut le détour.

Une page du manga The Promised Neverland

Une page du manga The Promised Neverland

L’histoire de The Promised Neverland commence dans un orphelinat pourtant plein de vie et sans aucune once de tristesse. On découvre Emma et ses amis qui jouent, étudient et mangent ensemble, sous la supervision de la bienveillante, mais rigoureuse Maman. Et l’on apprend même que de temps en temps certains enfants sont adoptés. Dans un monde qui pourrait être meilleur, tout va pour le mieux. N’est-ce pas ?!

… dans un monde d’horreur et de monstres

L’une des forces de Yakusoku no Neverland, c’est la façon dont les auteurs parviennent à faire tout basculer en quelques cases. En effet, à la lecture du premier chapitre, même si vous aviez déjà eu des échos sur l’œuvre, rien ne peut vous préparer à la découverte d’Emma, l’un des personnages principaux, lors de la dernière page.

Jusque-là, même s’il y avait anguille sous roche, vous vous croiriez dans un univers banal et ordinaire, mais en une case tout bascule. Puis on découvre les prémices de ce monde torturé, régi par des règles obscures qu’on a hâte de découvrir. Sans trop en révéler, l’orphelinat n’est pas un havre de paix et tout le reste du manga va porter sur les efforts que vont déployer ces enfants pour sortir de l’enfer et accéder à la vraie Terre Promise (traduction littérale du titre anglais).

Pourquoi lire / regarder The Promised Neverland ?

Déjà, rien que pour les dessins, cette œuvre vaut le détour. L’artiste Posuka Demizu a un style bien particulier et est parvenu à mettre en place un univers qui ne pourra que plaire aux fans d’horreur et de tout ce qui est un peu glauque.

Ensuite, l’histoire en elle-même est très bien ficelée, avec plusieurs rebondissements très bien amenés qui vous tiendront haleine. En dernier et pas des moindres, il y a les personnages très attachants, ces enfants, pour la plupart surdoués qui se sortent des situations difficiles, voire impossibles, en réfléchissant vite et en faisant passer les autres avant eux-mêmes.

Il n’y a pas de différence majeure entre la version papier et celle animée. Donc vous pouvez vraiment opter pour l’une ou l’autre. L’on a déjà eu droit à une première saison diffusée début 2019, avec beaucoup de succès à la clé et la deuxième est prévue pour début 2021.

Au final, The Promised Neverland reste une histoire de fraternité et d’amour dans un monde difficile, à l’opposé de ces valeurs, et rien que pour cela, elle vaut le coup d’œil.

Autres publications

Laisser un commentaire

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus